La FRENCH TECH

Travaille-t-on (vraiment) mieux dans les startups de la French Tech ?

Une question longtemps posée dans l'écosystème French Tech et dans les médias de la Tech vient de trouver quelques réponses le 8 juin 2017 grâce à une étude de l’Ifop réalisée pour SFL (Société Foncière Lyonnaise) à l'occasion de son baromètre annuel : "Travaille-t-on (vraiment) mieux dans les startups de la French Tech ?".

90 questions ont été posées d’un côté à 1755 salariés représentatifs de la population active parisienne, de l’autre à 909 salariés issus de dix entreprises de la Tech française : 1000mercis, Alchimie, Criteo, Devialet, Drivy, GuestToGuest, ManoMano, Meetic, MonDocteur, et Younited Credit. Ces entreprises ont été sélectionnées pour obtenir un panel de sociétés technologiques "le plus divers possible en termes de maturité de développement, d’effectif (de 30 à plus de 2 500 salariés) et de secteurs d’activité".

TELECHARGEZ l'ensemble de l'étude ou découvrez-la sur  www.parisworkplace.fr

 

Un sentiment de bien-ĂŞtre Ă  la French Tech

En plaçant en miroir les salariés de la Tech et la population générale, cette étude met en perspective deux univers de travail où "le bureau" ne prend pas la même valeur ou la même signification. Le bien-être au travail serait véritablement supérieur dans les startups avec une note de 8/10, contre 6,5/10 pour la population générale. On comprend dès lors la nécessité des investissements réalisés par les entrerpeneurs dans leur marque employeur pour attirer les me

 

illeurs talents et les fidéliser grâce au cadre et conditions de travail : temps de trajet réduit, bureaux confortables et conviviaux, localisation centrale, esprit collaboratif privilégié, etc.

Selon cette étude, "le lieu de travail contribue fortement à ce sentiment de bien-être. 88 % des salariés de la French Tech se disent satisfaits de leurs bureaux, contre 72 % pour la population générale. Les temps changent. La rémunération, la fonction et les perspectives ne sont plus les seuls critères au moment de choisir un emploi. Une majorité de salariés de la French Tech affirme ainsi que les bureaux ont été « un élément important dans le choix de rejoindre leur entreprise »."

 

 

 

 

 

Travailler ensemble, un facteur essentiel

"La French Tech a tué les bureaux fermés" : une phrase choc pour une réalité où seul 1 % des salariés occupent un bureau individuel fermé. Les startups font le choix la transparence : "86 % travaillant en open space. Et les dirigeants montrent l’exemple, puisque les deux tiers occupent un open space (contre 14 % seulement des dirigeants dans la population générale)."

Ce choix d'organisation de l'espace va de pair avec le travail d'équipe : 68% affirment travailler "très souvent en équipe", qui devient "la principale raison de se rendre au bureau".

Ainsi, l'espace personnel n'est pas une priorité alors que les espaces collectifs le sont, à l'inverse de la population générale. Le changement de bureau plusieurs fois dans la journée est même préféré !

Une culture d'entreprise dans un lieu de vie

L'écart est très net entre salariés de la Tech et population générale sur le parallèle "lieu de vie" et "bureau" : 82 % des startuppeurs "aiment y passer du temps" contre 43% pour les autres. Aimer passer du temps au travail, c'est le signe d'une culture d'entreprise forte car les bureaux en sont le reflet (pour 86% des salariés de la Tech contre 67% dans la population générale). Cette culture est résumée par le TOP5 des valeurs : l'innovation, la performance, l’esprit d’équipe, la convivialité et le Fun !

Les quartiers centraux plébiscités

"67% des salariés de la French Tech jugent que le temps de trajet est le critère le plus important en matière de lieu de travail". Avec 22 minutes de trajet gagné chaque jour en moyenne sur la population générale, ce temps serait-il réinvestit sur le lieu de travail ? Ces salariés sont en tout cas à la recherche de l'effet "clé en main" de ces quartiers (services, transports...), mais également de la taille "à échelle humaine" de leurs locaux, liés à l'histoire de ces quartiers. 

Ainsi, on observe que les startups  interrogées se concentrent dans les quartiers centraux : Opéra, mais aussi dans le 2e, 3e, 4e, 10e arrondissements de Paris.

La journée type d'un salarié de la French Tech

Retrouvez tout le détail de l’étude sur www.parisworkplace.fr

Et l’actualité sur @ParisWorkplace



x

Titre :

test