La FRENCH TECH

Lancement du Fonds French Tech Seed, pour les startups technologiques en phase de post-maturation

Le premier Ministre Edouard Philippe a annoncé le 21 juin 2018 la mise en place du Fonds French Tech Seed. Doté de 400 M€ issus du Programme d’investissement d’avenir, ce fonds d’investissement sera opéré par Bpifrance et aura vocation à soutenir les startups technologiques en phase de post-maturation, notamment des start-ups de la Deep Tech et de moins de 3  ans.

L’originalité du fonds french Tech Seed repose sur un mécanisme d’apporteurs d’affaires labellisés et un mode de financement quasi-automatique. Les apporteurs d’affaires garantiront le caractère technologique et les investisseurs privés pour leur part le potentiel de développement de l’entreprise.

Bpifrance lancera en juillet prochain l’appel à manifestation d’intérêt pour identifier les apporteurs d’affaires du fonds qui seront sélectionnés par l’Etat, à l’automne 2018, au sein des écosystèmes d’innovation (incubateurs, accélérateurs, pôles de compétitivité, SATT, organismes de recherche, …), en fonction de leur potentiel de projets, de leur expertise technologique et des liens tissés avec les financeurs privés.

La French Tech (ou la DGE) coprésidera le comité de labellisation des apporteurs d’affaires.

Extrait du discours :

« Un dernier mot sur un sujet qui vous concerne directement. Je veux parler du financement des start-ups issues de la recherche.

L’objectif est de favoriser le développement des start-ups qui naissent chez vous. Les faire naître, les faire grandir. Les ancrer aussi dans la culture, parfois un peu éloignée de la leur je le reconnais, du capital-risque.

On le sait, l’industrie du capital-risque en France s’est beaucoup développée. C’est très positif. Cependant, cette industrie ne couvre pas encore tous les besoins. De nombreuses pépites, en général issues de la recherche, ne peuvent y accéder. Soit parce qu’elles sollicitent de trop petits tickets d’investissement, moins de 500 000 euros. Soit parce qu’elles présentent un risque encore trop élevé.

C’est pourquoi nous allons créer un fonds – le Fonds « French Tech Seed », doté de 400 millions d’euros par le PIA et géré par Bpifrance, qui pourra investir directement aux côtés d’investisseurs privés – c’est fondamental – dans ces start-ups. Y investir durant cette phase cruciale de pré-amorçage que je décrivais, qui se situe très en amont et où le risque est élevé. Grâce à ce fonds, la France se dote enfin d’un outil capable de financer le « pré-amorçage » à grande échelle. »

Les premiers investissements seraient opérés au premier trimestre 2019.



x

Titre :

test