La FRENCH TECH

#Etude : Les startups françaises championnes à l’international

L’internationalisation d’une startup est une étape fondamentale à son développement. Le baromètre « Les startups françaises championnes à l’international » publié le 8 juin 2017 et commandité par La Banque Populaire et sa filiale Pramex a été réalisée sur la base d'une population de 1 919 entreprises.

TELECHARGEZ l’ensemble de l’étude et découvrez les prises de parole lors de l'événément de publication de l'étude.

Les startups françaises à l’international : une forte croissance reflet de la dynamique French Tech

L’internationalisation des startups passe à la fois par le recrutement de talents internationaux mais surtout par une première implantation. Le nombre d’implantations internationales a suivi le même boom que celui des startups (+30% par an entre 2012 et 2015 selon l’Observatoire  des startups françaises, réalisé par EY pour la Mission French Tech). En effet, selon l’étude Pramex International « le nombre de projets d’implantation à l’étranger menés par des startups françaises a ainsi augmenté de 37 % en moyenne par an sur la période 2011-2016 ».

La dynamique des startups tend d’ailleurs à gagner du terrain sur les PME et les ETI car elle représente désormais 20 % du nombre total de projets de création de filiale internationale par des entreprises françaises. « Dans certains pays, les start-up ont ainsi permis de combler la baisse du flux de projets internationaux réalisés par des entreprises plus matures (PME et ETI). » Les startups de la French Tech effectuent leur déploiement international sur des bases neuves avec des créations de filiale à 95% (vs. moins de 5% pour le rachat/acquisition), reflétant ainsi le caractère innovant de leur business model.  

Au total ce sont 535 startups françaises interrogées qui se sont implantées hors hexagone, pour créer 1 207 filiales, dans 47 pays. Pour 48% d’entre elles, il s’agit d’une première implantation. Mais 10% en sont déjà à leur 5ème et plus ! Leur départ à l’international intervient en moyenne après quatre ans d’existence avec un effectif de 20 à 35 salariés.

L’internationalisation des startups de la French Tech ne connait pas de frontière de secteur. Au top 3 on retrouve :
- 33% pour les AdTech (publicité digitale) et MarTech (marketing), reflet de la facilité d’adaptation et de duplication du business model ;
- 9% pour les loisirs, la mode et le tourisme ;
- 8% pour la Mobilité : les transports, les infrastructures et les smart cities.

La géographie des implantations : quelques concentrations réparties dans le monde entier

La proximité du marché Européen crée un appel d’air naturel pour les créations de filiale avec 42% d’entre-elles au total. Une forte concentration se fait au Royaume-Uni, en Italie, en Allemagne ou en Espagne. Depuis 2015, le nombre de projets d’implantation a explosé pour ces deux derniers marchés. L’Espagne serait un nouvel Eldorado pour certains secteurs : « Le nombre de start-up françaises implantées en Espagne a été multiplié par quatre en deux ans (2015-2016), en priorité sur les secteurs AdTech, Edtech/RH, Fintech, ainsi que sur le secteur transport/infrastructures. »

Mais c’est aux États-Unis qu’un quart des implantations se réalise restant ainsi le premier pays d’implantation des start-up françaises à l’étranger : « Ils se distinguent par une forte polarisation Est-Ouest, qui concentre de plus en plus les projets d’implantation. La moitié (49 %) des start-up françaises sont ainsi implantées sur la côte Nord-Est (New York, Boston) et 35 % en Californie, principalement à San Francisco. »

Les startups cherchent avant tout à s’implanter dans de grandes villes leur apportant de grandes opportunités de marché. Ainsi « plus de 70 % des implantations des start-up françaises se concentrent dans 15 villes réparties sur 4 continents, dont 7 villes européennes ».  Les villes qui comptent des communautés French Tech Hubs, parmi les 22 labellisées French Tech, sont parmi les plus attractives ces 3 dernières années : New York et London sont privilégiées puis Madrid, suivie de San Francisco et Barcelona.

Les startups cherchant d’abord à conquérir des marchés matures, deux tiers des implantations se produisent en Europe et aux Etats Unis. Hors ces zones, les pays les plus concernés sont le Japon, l’Australie, les Emirats Arabes Unis, et le Maroc. Cependant, dans les destinations d’implantation, Singapour, la Chine et Hong Kong sortent du lot.

Les levées de fonds indispensables au développement international

Dans les objectifs de leurs levées de fonds, les startups mentionnent fréquemment le déploiement international : « 80 % des start-up internationalisées étudiées l’ont fait. […] Les trois quarts des start-up qui s’implantent dans 2, 3 ou 4 pays lèvent des fonds pour des montants cumulés compris entre 7 et 20 millions d’euros. »



x

Titre :

test